SPEIMO

Le SPEIMO propose les dispositifs suivants :

Le Service de Placement Educatif, d’Investigation et de Milieu Ouvert est un établissement social et médico-social de l’AASEAA. Il se compose de trois services, gérés par une même directrice, qui s’identifient de la façon suivante :

  • Le Service d’AEMO-AED
  • Le Service de Suivi de Placement Familial et de Guidance Parentale
  • Le Service d’Investigations Educatives de la Sauvegarde de l’Aube.

Cet établissement remplit un certain nombre de missions à la demande, selon les cas, des Juges pour Enfants ou de l'Aide Sociale à l'Enfance. Il répond également aux critères d'habilitation de la Protection Judiciaire de la jeunesse. Au-delà des missions confiées, prescrites et ordonnées qui entraînent un caractère contraint à leur exercice et dans le rapport famille/service, le SPEIMO propose également aux parents, divers appuis et conseils afin de les aider dans leur rôle d'éducateurs.

Le SPEIMO est donc chargé de 3 missions principales pour 3 services distincts

La mission du service d’AEMO-AED

Exercer une action éducative en milieu ouvert, sous la forme d’aide et de conseils à la famille pour protéger l’enfant ou l’adolescent des dangers auxquels il se trouve exposé dans son environnement ou son cadre familial, soit dans le cadre contraignant d’une injonction du Juge des Enfants (Action Educative en Milieu Ouvert), soit dans un cadre contractuel (Action Educative à Domicile).

« Chaque fois qu’il est possible, le mineur doit être maintenu dans son milieu actuel. Dans ce cas, le Juge désigne, soit une personne qualifiée, soit un service d’observation, d’éducation, ou de rééducation en milieu ouvert, en lui donnant mission d’apporter aide et conseil à la famille, afin de surmonter les difficultés matérielles ou morales qu’elle rencontre ». art.375-2 du Code Civil 

« L’aide à domicile est attribuée sur sa demande, ou avec son accord, à la mère, au père ou, à défaut, à la personne qui assume la charge effective de l’enfant, lorsque la santé de celui-ci, sa sécurité, son entretien ou son éducation l’exigent…. Elle peut être accordée aux mineurs émancipés et aux majeurs âgés de moins de vingt et un ans, confrontés à des difficultés sociales. » art.L.222-2 du Code d’action sociale et des familles 

Voir PDF :

  • Organisation de l’AEMO
  • Organisation de l’AED
  • Organisation de la mesure systémique

La mission du service de suivi du placement familial et de guidance parentale 

Assurer le suivi éducatif d’enfants placés en famille d’accueil et l’accompagnement de leur famille.

Les missions du service telles que définies dans la convention de partenariat avec le Département de l’Aube :

  • Assurer un accompagnement spécialisé pour les parents afin de les aider à valoriser leurs compétences 
  • Exercer un suivi de l’enfant en accueil familial 
  • Aider la construction de liens sécurisants entre l’enfant et ses parents 
  • Accompagner les parents dans la restauration de leurs responsabilités éducatives.

Lieu tiers : un espace rencontre associatif

L'espace de rencontre actuel est né du concept de la ludothèque AKOUAONJOU qui avait été créée en 1991. Cet espace  a progressivement perdu sa mission exclusivement centrée sur le jeu pour devenir un outil nécessaire à la restauration du lien parent/enfant, en permettant la mise en place des droits de visite des parents à leurs enfants placés. Il est devenu un espace de rencontres médiatisées.

Voir PDF :

  • Organisation du suivi de placement familial

Les objectifs :
Dans le cadre d’intervention actuel, exclusivement en lien avec des ordonnances ou des jugements du Juge des Enfants, nos objectifs se déclinent principalement en trois axes, non exclusifs les uns des autres. En effet, il est possible de poursuivre plusieurs objectifs qui sont mis en place dans une démarche de progression, en fonction de l’évolution de la situation familiale. Les visites en présence d’un tiers se fondent sur une évaluation de la situation familiale concluant à l’impossibilité de laisser un enfant seul en présence de ses parents pendant l’exercice de leur droit de visite.

La protection de l’enfant :
Les visites en lieu tiers ont pour objectif de permettre à l’enfant de maintenir un lien avec son ou ses parents tout en le protégeant des dangers aux quels il a été précédemment exposé, mais aussi de toute forme de maltraitance. Les visites se déroulent en présence d’un tiers, garant de la sécurité physique et psychique de l’enfant. Il s’agit donc avant tout d’offrir un cadre contenant, de mettre à distance les parents en cas de danger pour les enfants et de pouvoir préserver l’enfant de la pathologie de son ou de ses parents.
Les objectifs visent autant la protection de l’enfant d’un lien potentiellement dangereux ou inapproprié à son développement, que le soutien des parents dans leur fonction parentale et, la mise en place ou le développement d’un lien d’attachement satisfaisant entre l’enfant et ses parents. La théorie de l’attachement constitue une référence
incontournable des interventions et de la médiation dans le cadre du droit de visite.

Soutien à la parentalité :
Le second objectif du LIEU-TIERS est le travail sur la parentalité. Pendant de nombreuses années, dans le cadre des mesures de placement, les liens entre parents et enfants étaient coupés. Depuis quelques années, la pratique en placement familial a évolué et le travail avec les parents a été réintroduit. 

Les visites médiatisées dans cet espace de rencontre ont donc pour objectifs de :

  • Permettre aux parents de se repositionner en tant que parent bienveillant pour leur enfant
  • Permettre aux parents d’acquérir des attitudes éducatives adaptées pour leur enfant 
  • Aider les parents à comprendre les difficultés, la problématique de leur enfant, et les aider dans l’acceptation de ces difficultés 
  • Aider les enfants à comprendre les difficultés et la problématique de leurs parents et à « faire avec » 
  • Aider, autant que possible, les parents et l’enfant à (re)construire et consolider leurs relations, à travers des liens plus sécures
  • Intégrer les parents à la vie quotidienne de l’enfant malgré la séparation induite par le placement (travail autour de la scolarité, de l’alimentation, de la sociabilisation, ainsi que des règles qui peuvent être transposables de la famille d’accueil à la famille et inversement) 
  • Repositionner l’enfant à sa place d’enfant, ce qui correspond aussi à un repositionnement des parents en tant qu’adultes responsables 
  • Soutenir les parents dans leur responsabilité éducative.

Aide à la décision pour le juge des enfants :
Lorsque le magistrat ne dispose pas d’éléments suffisants sur la qualité du lien qui unit l’enfant à son ou ses parents pour prendre sa décision, les visites médiatisées peuvent avoir pour objectif l’évaluation de la qualité du lien. Toutefois, ces situations doivent rester exceptionnelles et être limitées dans le temps pour laisser place ensuite à des modalités du droit de visite adaptées à la situation ainsi évaluée. Cette aide à la décision repose sur un travail d’observation. Il s’agira alors de :

  • mesurer les capacités (compétences et difficultés) des parents dans les relations avec leurs enfants 
  • évaluer la nécessité de maintenir un lien, à quel rythme (fréquence et durée des rencontres) 
  • évaluer les ressources mobilisables des parents mais aussi les possibles appuis pour eux, notamment dans le cercle familial

Les modalités d’accueil :

Pour qui ?

Les visites médiatisées sont des rencontres organisées par le service de suivi de placement, suite à une décision judiciaire (juge des enfants), ou sur demande des parents pour eux-mêmes dans le cadre administratif ou pour la famille élargie, entre un enfant placé et un membre de sa famille (père, mère, frère, sœur, grands-parents, oncle, tante…).
Elles concernent des enfants ou jeunes majeurs âgés de 0 à 21 ans, placés en famille d’accueil ou en établissement suite à une décision judiciaire ou à la demande d’un ou des deux parents (accueil provisoire). Dans un cadre plus large, elles permettent à tout enfant ou jeune confié à un établissement de l’A.A.S.E.A.A. de rencontrer ses parents dans un lieu sécurisant, en présence d’un tiers médiateur,  et de bénéficier des infrastructures (jeux, espace détente, espace repas…) mis à disposition.

Comment ?

A réception du jugement ou de l’ordonnance dans lequel le Juge des Enfants fixe les droits de visite médiatisée aux parents ou à la famille, un calendrier est établi par les médiateurs en tenant compte des différents paramètres, notamment la disponibilité des adultes et des enfants en fonction de leurs activités, mais aussi le rythme des enfants en bas âge. La durée des visites varient entre 1 et 2 heures : généralement, le temps d’une rencontre est fixé à 1h30. La variation de la durée se justifie par la problématique familiale, la qualité du lien parent-enfant, l’âge de l’enfant, la qualité de la relation, la disponibilité physique, psychique des parents et les objectifs de travail. Autant que faire se peut, nous veillons à n’accueillir qu’une famille à la fois. Exceptionnellement, deux familles peuvent avoir un temps commun de présence mais jamais sur la durée totale de la rencontre. Cette individualisation permet un travail de proximité, de confiance et une disponibilité optimale visant à reprendre le contenu de la rencontre sur ce qui aura été positif et sur ce qu’il reste à travailler.

Quand ?

Le LIEU-TIERS est ouvert tous les jours de la semaine du lundi au samedi de 9h à 18h tout au long de l’année. Il est accessible par les bus. Un parking gratuit à proximité permet aux parents motorisés de se stationner en toute tranquillité.

Evolution possible des modalités d’accueil :

Lorsque les conditions le permettent, le travail de rencontres médiatisées peut se faire dans des infrastructures ordinaires : médiathèque, piscine, centre équestre… L’ouverture sur le monde extérieur permet aux parents de sortir du milieu totalement protégé pour reprendre une place dans la vie ordinaire. Un travail préparatoire permet d’accompagner les familles dans ce changement de lieu. Le personnel assure également des visites médiatisées dans les établissements de soin lorsque les parents sont hospitalisés comme la Clinique Psychiatrique de l’Aube par exemple.

Le projet pour ce service est d’étendre le travail de médiatisation à domicile afin d’assurer une continuité dans les projets de développement des compétences parentales. Cette passerelle permet en effet de ne pas modifier plusieurs paramètres en même temps. En effet lorsqu’un parent obtient un droit de visite médiatisée à domicile, ce dernier s’exerce généralement avec la présence d’une Technicienne de l’Intervention Sociale et Familiale. Or pour l’enfant et le parent cela peut occasionner des perturbations dans la relation en raison du changement de lieu (passage de lieu-tiers au domicile) et du changement de personne (médiatrice -TISF).

Les médiatrices :

Lorsque le magistrat ne dispose pas d’éléments suffisants sur la qualité du lien qui unit l’enfant à son ou ses parents pour prendre sa décision, les visites médiatisées peuvent avoir pour objectif l’évaluation de la qualité du lien. Toutefois, ces situations doivent rester exceptionnelles et être limitées dans le temps pour laisser place ensuite à des modalités du droit de visite adaptées à la situation ainsi évaluée. Cette aide à la décision repose sur un travail d’observation.

Il s’agira alors de :

  • mesurer les capacités (compétences et difficultés) des parents dans les relations avec leurs enfants 
  • évaluer la nécessité de maintenir un lien, à quel rythme (fréquence et durée des rencontres) 
  • évaluer les ressources mobilisables des parents mais aussi les possibles appuis pour eux, notamment dans le cercle familial

Deux médiatrices, titulaires pour l’une d’un diplôme d’Etat d’Educatrice de Jeunes Enfants, pour l’autre d’un diplôme d’Etat d’Educateur Spécialisé, assurent l’accueil et la médiatisation des rencontres entre parents et enfants. Une formation sur la médiation et la médiatisation ainsi que sur les liens d’attachement sont venues compléter leurs compétences professionnelles acquises dans le cadre des formations initiales enrichies également par leurs diverses expériences. Leurs interventions différent selon les objectifs à travailler et s’adaptent aux problématiques familiales et individuelles des bénéficiaires.

Leur travail consiste à :

Observer :

  • les interactions familiales, les compétences de chacun,
  • les personnalités, leurs spécificités, leurs troubles éventuels,
  • l’histoire, le parcours et la culture des familles,
  • le type de relations (repérer d’éventuels troubles de l’attachement), 

Accueillir :

  • être présent physiquement lors de l’accueil, assurer si besoin la transition pour l’enfant entre la famille d’accueil et sa famille, accueillir chaleureusement et rappeler le cas échéant les formules d’usage (on se dit bonjour !)
  • préparer l’appartement (offrir une boisson, ranger et préparer les espaces de jeux)
  • prévoir les modalités d’accueil, avec notamment un accueil différé du parent ou de l’enfant si besoin

Intervenir pour repositionner, protéger  

  • reprendre les parents quand ils ont des attitudes inadaptées, leur expliquer, les guider
  • protéger l’enfant si besoin des gestes et paroles néfastes à son encontre ou envers ses proches (discrimination de l’autre parent, de la famille d’accueil…)
  • stopper la visite le cas échéant (parent incohérent, violent dans ses propos ou ses gestes, sous l’emprise d’alcool ou autre substance…enfant insécurisé et inconsolable…)

Alimenter la relation quand elle est pauvre :

  • si nécessaire proposer des supports d’activités, amener les échanges et la discussion, permettre à l’enfant de parler de lui, de ce qu’il vit…

Rassurer, accompagner le parent quant à sa position parentale et/ou son autorité parentale :

  • mise en évidence des capacités et compétences des parents quand elles sont adaptées aux besoins de l’enfant,
  • accompagner le parent à prendre une position éducative pour son ou ses enfants (scolarité, soin…)
  • concrétiser dans la relation ce qui est travaillé par ailleurs (par exemple, savoir dire non, poser les interdits, exprimer son affection…)
  • prendre l’enfant dans ses bras pour le rassurer, le calmer, jouer avec l’enfant.

Il convient d’être attentif à la place à tenir tant il est difficile de ne pas se sentir rapidement en rivalité avec le ou les parents.

Faire vivre aux parents un mode de relation dans le but qu’ils le reproduisent :

Se montrer contenant, accompagnant et maternant envers les parents pour qu’ils expérimentent une relation bienveillante et qu’ils la reproduisent, la transposent dans la relation à leur enfant. En conclusion au delà de la simple mise en œuvre des droits accordés par le Juge des enfants, les médiatrices doivent comprendre le fonctionnement familial dans le but de travailler ce qui dysfonctionnent.

L’intervention des médiatrices est complétée par une proposition de travail sur le lien parent/enfant avec une psychologue clinicienne. Elle favorise la communication lorsque la situation s’avère très complexe ou le lien très distendu……..

Les locaux :

Implanté sur le Domaine de l’Essor à Rosières, le LIEU-TIERS est un appartement de type 4 situé au premier étage du bâtiment qui abrite les locaux du service de suivi de placement de l’A.A.S.E.A.A.  Une porte indépendante permet aux parents un accès direct à cet espace de rencontre en toute tranquillité. Les professionnelles peuvent avoir un accès par les bureaux, ce qui limite leur isolement et facilite la communication entre médiatrices et travailleurs sociaux chargés du suivi de placement.

Il est composé :

  • d’une cuisine équipée pour la prise de repas en famille,
  • d’une salle d’eau avec toilettes enfants et d’un toilette adulte séparé,
  • de trois salles d’activités, de surfaces comprises en 12 et 20 m2

Chaque salle répond à un besoin spécifique du développement physique et psychique de l’enfant : la plus grande dispose d’un canapé avec table basse favorisant le dialogue et les échanges familiaux, le partage de jeux éducatifs ou de société par exemple. Des jeux de voitures, de construction, d’imitation y sont également accessibles.

Une pièce plus petite permet aux enfants plus jeunes de jouer avec des poupées, des marionnettes, ou d’observer des temps plus calmes autour d’un livre.

La dernière pièce est consacrée aux activités manuelles et artistiques. Elle dispose également d’un bureau qui peut recevoir les adultes en face à face en cas de besoin.

La salle d’eau dispose d’une toilette enfant, d’une douche et d’un lavabo. Un espace central permet de mettre en place un atelier peinture.

La diversité des jeux permet d’offrir un large choix aux enfants et aux parents et ainsi de répondre au mieux aux besoins de chacun en fonction des âges et de ce qu’il est nécessaire de travailler (motricité, imagination, respect des règles).

Le LIEU-TIERS dispose par ailleurs d’espaces extérieurs avec notamment un terrain en herbe avec buts de foot, un terrain de basket avec panneaux, un espace goudronné et enfin des tables en extérieur permettant aux parents qui le désirent de déjeuner ou de goûter dehors. Des jeux et jouets d’extérieurs sont également mis à disposition.

Le service d’investigations éducatives de la Sauvegarde de l’Aube

Mener des « investigations judiciaires et éducatives » visant à recueillir des éléments sur la situation scolaire, familiale, sanitaire et éducative d’un mineur et de sa famille, et si nécessaire l’approfondissement d’une problématique spécifique, en vue d’éclairer le magistrat pour lui permettre de faire un choix.

Les principes de base tels que décrits dans la circulaire sont :

  • La modularité dans la durée de la Mesure Judiciaire d'Investigation Educative (MJIE )
  • Le recueil des éléments du parcours du mineur et de sa famille 
  • L’analyse et l’élaboration d’hypothèses dans le cadre d’une évaluation interdisciplinaire qui croise les éléments recueillis 
  • Le compte rendu de la complexité des problématiques 
  • Les préconisations et propositions éducatives.

Voir PDF :

  • Organisation de la MJIE

Nous contacter 

SERVICE DE PLACEMENT EDUCATIF - INVESTIGATION - MILIEU OUVERT

Domaine de l’Essor
34 Rue Jules Ferry CS 60400
10433 ROSIERES PRES TROYES Cedex

Service AEMO-AED et Service d’Investigations Educatives
tel : 03 25 73 43 17

Service de suivi de placement familial et de guidance parentale
tel : 03 25 73 76 73

Numéro d’urgence 24/24h
Tel : 06 14 26 53 49

Mail : spemo@aase.asso.fr

Type d’accueil :

  • Cette intervention en milieu ouvert à lieu lorsque les parents rencontrent des difficultés dans leurs responsabilités éducatives et/ou que les conditions de vie de l'enfant font que celui-ci est en situation de danger avéré ou potentiel. Elle consiste dans l'intervention d'éducateurs spécialisés ou d'assistants de service social dans le milieu familial de l'enfant.

Synthèses des prestations :

  • Protection des enfants vivant dans leur milieu familial à la demande de l’autorité administrative (le président du Conseil Général par l’intermédiaire de son service de l’Aide Sociale à l’Enfance) ou de l’autorité judiciaire (le Juge des Enfants).
  • Une mesure d'Action Éducative en Milieu Ouvert est limitée dans le temps : elle va de 6 mois à 2 ans en général, renouvelable selon l'évolution de la situation de l'enfant jusqu'à sa majorité.
  • Au-delà, le jeune majeur peut solliciter une aide éducative jusqu'à 21 ans.
  • Au-delà, le jeune majeur peut solliciter une aide éducative jusqu'à 21 ans.
  • Les mesures d'Action Éducative en Milieu Ouvert administratives et judiciaires sont financées par les départements. La tarification est de la compétence du Président du Conseil Général, qui arrête chaque année le prix de journée par enfant.
Dons & contributions